EMISSION – « L’Europe ou le chaos » & « La France est-elle maso ? »

Dans la première partie de l’émission « 28 minutes » (ARTE), Élisabeth Quin, avec à ses côtés Renaud Dély (Le nouvel observateur) et Nadia Daam (journaliste spécialiste du Web), reçoit un invité pour témoigner ou commenter un fait d’actualité. Juan Gomez (RFI) rejoint le plateau pour la seconde partie, où trois intervenants débattent d’un sujet générateur d’opinions contrastées…

A LA UNE CE SOIR :

György Konrád : L’Europe ou le chaos

À l’heure où l’idéal européen est en crise et où la construction de l’Europe politique marque le pas, à l’heure où, partout en Europe, reviennent les crispations identitaires et nationales, ARTE a souhaité faire entendre de grandes voix européennes en rassemblant ce soir, au Théâtre du Rond-Point, des écrivains, qui par leur travail et leur existence même font l’Europe. Des intellectuels, pour qui « l’Europe n’est pas en crise, elle est en train de mourir. Pas l’Europe comme territoire, naturellement. L’Europe comme idée. L’Europe comme rêve et comme projet », des penseurs de notre temps qui défendent un projet de « fédération » européenne en signant aujourd’hui un manifeste, à l’initiative de Bernard-Henri Lévy, intitulé « Europe ou chaos ? Reconstruire l’Europe ou mourir » et publié samedi dans Le Monde.

Elisabeth Quin reçoit l’un d’eux ce soir : le romancier et essayiste hongrois, penseur de la culture européenne, de la liberté et de la responsabilité de l’individu, György Konrád.

LE GRAND ANGLE DE 28’ :

Autoflagellation : La France est-elle maso ?

C’est le nouvel exercice à la mode, une pratique qui semble s’infiltrer par toutes les portes du débat public : le « French-bashing », autrement dit le dénigrement de la France. Dépassant les frontières de la Grande-Bretagne où l’exercice est devenu un « sport national », ce ressentiment anti-français, reposant essentiellement sur le régime fiscal du pays, ne cesse de se propager pour contaminer les entrailles mêmes de l’Hexagone. L’image de la douce France culturelle, gastronome et touristique s’efface derrière son chômage croissant, sa détérioration économique, sa désindustrialisation rampante, etc. Si certains dirigeants, tels que Jean-François Copé (Président de l’UMP), succombent à cette épidémie, d’autres politiques, tels que Michel Sapin (Ministre du travail) ou Michel Rocard (ancien Premier ministre) tirent la sonnette d’alarme face au pessimisme et à l’inquiétude qui gagne le pays, comme l’a souligné un récent sondage révélant que pour un Français sur deux « le déclin de la France est inéluctable ».

Elisabeth Quin, avec à ses côtés Renaud Dély et Nadia Daam, accueille pour en débattre: l’économiste et directeur de recherche au CNRS, Philippe Askenazy, la philosophe Cynthia Fleury et l’économiste Pascal Salin.

Leave A Reply